Vous êtes ici

TUSIKILIZANE : les ex combattants transformés en agents de promotion de paix et cohabitation pacifique à de Nyunzu et Kalemie

Grâce aux fonds reçus du Fond de la Consolidation de la Paix (PBF), UNFPA a initié le Projet « TUSIKILIZANE » ou « Entendons-nous !». Ce projet contribue à la culture de la paix et la cohabitation pacifique entre les deux communautés (Twas et Bantous) dans le TANGANYIKA, intervient dans la participation des jeunes (garçons et filles ) et des femmes dans les « instances communautaires de prévention des conflits et consolidation de la paix  (Baraza en Swahili) ; renforce l’autonomisation et la résilience des deux communautés à travers les activités d’autonomisation des femmes, et enfin encourage l’entreprenariat et le leadership des jeunes et des femmes.

En 2019, UNFPA/UNESCO/FAO ont développé conjointement des activités d’entrepreneuriat innovant organisées à Nyunzu et Kalemie auprès de 19 Clubs de solidarité et de Paix. Ces clubs composés de 200 membres ont permis aux jeunes leaders (y compris des ex miliciens) transformés en agents de promotion de paix et de cohabitation pacifique, d’avoir un cadre de concertation et d’échanges pour discuter de leurs problèmes, d’organiser des activités ludiques, sociales et d’intérêt communautaire et parler de leurs projets de cohésion sociale, de paix et de développement local à travers des activités de causeries éducatives et des sessions de dialogue.

De plus, ces activités ont non seulement permis d’appuyer des solutions durables pour prévenir les conflits et renforcer la consolidation de la paix mais également, ils ont permis renforcer la résilience économique de ces jeunes à travers 19 idées de projets intégrants les aspects sociaux, économiques et communautaires de la consolidation de paix.

Ce volet Entrepreneuriat Innovant en plus d'offrir aux jeunes Twas d'autres alternative de développement socio-économique autres que l'agriculture, la cueillette et la chasse permet d'assurer la réinsertion des Twas et des Bantous dans les activités de petits métiers générateurs de revenu, réduire les risques de les voir rejoindre des groupes armés et renforcer leurs capacités à prendre en charge leur propre réinsertion socio-économique. 

Il sied de noter qu’UNFPA, à travers ses partenaires d’implémentation, a fourni des supports financiers, techniques et opérationnelles aux jeunes membres de ces 19 clubs de paix et les a permis d’identifier des groupements de 608 jeunes et des femmes afin qu’ils puissent efficacement contribuer au processus de réinsertion économique de leurs paires et leurs communautés.

Bénéficiaire de la formation, Mlle Kyungu Yumba Bimuloko, est une ex-combattante de Mulange, Kalemie, « c’est important pour moi de démonter à ma communauté que je peux accomplir des actions positives. La formation en entreprenariat innovant fut une opportunité pour moi de renforcer mes compétences de leader pour participer à un changement efficace dans ma communauté. J’ai beaucoup aimé apprendre le métier de menuisier, au côté de mes frères et sœurs (Bantous et Twas). Je veux, en retour, pouvoir aider d’autres jeunes filles comme moi de Mulange, pour qu’elles disposent des connaissances et compétences afin qu’elles puissent faire le meilleur choix, celui de participer au progrès de leurs communautés au lieu de rejoindre les groupes armés ».

Le plus gratifiant en tant que Twa, Mr KASOSA MUJINGA, de Mangala à Nyunzu, « une simple activité peut donner de l’espoir à moi, ma famille et à mon village. Car depuis toujours on pratique la chasse, la cueillette, et travaillons parfois comme main d’œuvre dans les champs des Bantous, après la formation je sens moins de barrière entre moi et mes frères et sœurs Bantous car nous nous sommes mis en ensemble pour apprendre, au même niveau d’instruction, et fabriquer du pain ou du savon qui apportera un revenu qu’on partagera ensemble. Ce qui prouve qu’il y a de l’entente entre nous ».