Vous êtes ici

Quand l’initiative Kitumaini permet à Ruth KALENGA de passer du désespoir à l’espoir

« Je suis un modèle pour beaucoup de filles dans mon quartier », ainsi s’exprimait Ruth KALENGA, une jeune fille de 17 ans rencontrée à Lubumbashi dans le salon de coiffure où elle travaille après sa formation au centre Raihman de Lubumbashi appuyé par UNFPA, dans le cadre du projet Kitumaini. C’est une jeune fille contente de sa situation et plein d’espoir qui raconte sans complexe sa situation actuelle et passée en ces termes : 

« je suis née d’une famille de 11 enfants. Mon père est décédé quand j’étais en 2eme année de secondaire. A cette période, je suis tombée enceinte et nous avons souffert avec mon enfant. On est venu m’informer par rapport à Kitumaini, j’ai donné mon nom et j’ai été formée en Esthétique au Centre de formation profesionnelle Raihman pendant 9 mois. J’ai beaucoup appris dans le domaine de l’esthétique, manucure et pédicure.  Grâce à cette formation, j’ai trouvé du travail dans un salon où je gagne 40 $ par mois que j’utilise pour prendre soin de mon fils et de moi-même. Avec ça, je suis à nouveau fière de moi et plein d’espoir pour l’avenir ! »

Ruth KALENGA, peut parler ainsi de sa vie parce qu’elle a eu la chance, tout comme 1.100 autres filles mères et désœuvrés d’intégrer un des 13 centres de formation professionnelle réhabilités, équipés et rendus fonctionnels grâce à l’initiative KITUMAINI.

« Espoir » en français, KITUMAINI est une initiative innovante en faveur des adolescentes, dont l’un des volets consiste à accroitre les capacités économiques des adolescentes les plus à risque, notamment à travers l’apprentissage d’un métier et de  faciliter leur accès à des services de santé sexuelle et  reproductive de qualité afin de les mettre à l’abri  de toutes formes d’abus et d’exploitation et ainsi, leur permettre de jouir pleinement de leur droit à la santé, au bien-être et à la dignité. L’Initiative cible actuellement trois zones de santé que sont (i) la N’SELE à Kinshasa, (ii) la RUASHI à Lubumbashi dans le Haut KATANGA ainsi que (iii) KARISIMBI à Goma au Nord Kivu.

Kitumaini, répondre aux besoins d’une génération nombreuse d’adolescents

En RDC, les adolescentes comme Ruth KALENGA sont nombreuses. En effet, le pays compte environ 21.220.000 adolescents (10-19 ans), selon l’Institut National de la Statistique dans un contexte où l’âge médian aux premiers rapports sexuels est de 16 ans (Enquête Démographique et de Santé 2013-2014). Cette période cruciale, pour beaucoup de filles malheureusement, est jalonnée de beaucoup d’embuches : mariage précoce ou forcé, grossesse non désirée, abus et exploitation sexuelle, infections sexuellement transmissible, dont le VIH ou encore l’abus d’alcool, de la drogue, l’immigration clandestine, etc, les obligeant à arrêter l’école ; les privant ainsi du droit fondamental inhérent à chaque être humain qui est celui d’avoir un rêve et de le voir se réaliser. C’est dans ce contexte qu’intervient Kitumaini, un programme multisectoriel innovant destiné à donner prioritairement espoir aux adolescentes.


Lancement de Kitumaini dans la ville de Lubumbashi, le Représentant de UNFPA en RDC ainsi que les hautes autorités provinciales

 

Encadré Kitumaini

Kitumaini, est une initiative qui veut dire espoir en langue Swahili. C’est un programme multisectoriel innovant destiné à donner aux adolescentes les moyens de rester le plus longtemps possible à l’école et à celles qui sont exclues du système éducatif de retrouver de l’espoir à travers la formation professionnelle et la réinsertion socio-économique. Kitumaini porte sur le capital humain des filles scolarisées et non scolarisées et permet à l’UNFPA en partenariat avec l’UNESCO d’appuyer le Gouvernement pour opérationnaliser le concept du capital humain « Fillette de dix ans ». L’initiative repose sur trois (3) piliers :

  • L’intégration de l’éducation sexuelle complète/ éducation à la vie familiale dans le curriculum des enseignements primaire, secondaire et professionnel
  • Le développement des compétences de vie courante permettant aux adolescentes et jeunes de prendre des décisions éclairées les concernant
  • L’accès à l’information et aux services de santé sexuelle et reproductive de qualité et adaptés à leurs besoins spécifiques, dans les formations sanitaires situées à proximité des écoles et des lieux de résidence de ces jeunes filles.

Kitumaini a été lancé en juin 2018 et intervient à Kinshasa, Lubumbashi et Goma. Cette initiative est une contribution d'investissement dans le capital humain des adolescentes comme levier de développement. Elle couvre prioritairement les zones de santé où l’am­pleur des grossesses précoces est la plus préoccu­pante en République Démocratique du Congo. Le financement est assuré par le Canada, la Suède, la KOICA et DFID. Au niveau opérationnel, l’initiative est portée par les communautés, les écoles, les centres de formation professionnelle et les structures sanitaires d’une zone de santé ciblée, travaillant ensemble et de manière synergique et complémentaire.

 

 

Kitumaini en chiffre

  • 60 000 adolescentes ont eu accès aux services de soins de qualité adaptés à leurs besoins,
  • 18 000 élèves, garçons filles de 15-17 ans ont reçu l’éducation sexuelle complète à l’école et en dehors de l’école,
  • 70 écoles secondaires et 4 centres de formation professionnelle ont intégré l’éducation à la vie familiale dans leur programme d’enseignement ;
  • 13 centres de formation professionnelle pour filles-mères ont été réhabilités et équipés,
  • 1100 jeunes filles ont appris un métier tout en recevant une éducation sexuelle complète.
  • 17 formations sanitaires ont intégré des services de santé sexuelle et reproductive adaptés aux besoins des jeunes dans leur curricula.

Des adolescentes avec leur carte Kitumaini qui leur permet un accès gratuit aux services de santé sexuelle et reproductive adaptés à leur besoin

Ne laisser personne sur le « bas-côté de la route »

En analysant le tableau de vie d’une adolescente comme Ruth Kalenga, on note qu’elle est issue d’une famille nombreuse, pauvre et sa vie est plombée par une grossesse et exclue du système scolaire ce qui amenuise ses opportunités. Avec Kitumaini, elle retrouve de l’espoir et devient un modèle dans son quartier. Ce qui laisse voir comment l’initiative Kitumaini peut faire sortir de l’obscurité à la lumière des adolescentes pour qui tout était presque perdu. Elle donne de l’espoir à celles dont les conditions familiales les privent de beaucoup d’opportunités. Ces adolescentes, elles sont plus de 1 300 autres qui vivent dans des conditions similaires à celles de Ruth Kalenga à avoir été prises en charge dans les centres de formation. Cette approche axée sur la prise en compte des filles les plus vulnérables contribue selon Dr Sennen HOUNTON, le Représentant de UNFPA en RDC, à l’objectif des Nations-Unies qui consiste à travailler pour ne laisser personne sur le bas-côté de la route. Pour lui en effet, Kitumaini contribue à

un accroissement des capacités et des compétences des adolescentes les plus à risque et facilite leur maintien à l’école, leur accès aux activités génératrices de revenus, aux services de santé sexuelle et reproductive de qualité afin de les mettre à l’abri de toutes formes d’abus et d’exploitation et ainsi, leur permettre de jouir pleinement de leur droit à la santé, au bien-être et à la dignité ».

Combiner plusieurs stratégies pour couvrir les besoins des adolescents

Kitumaini a choisi l’option de l’investissement dans le capital humain des adolescentes comme levier de développement. C’est pourquoi elle combine plusieurs stratégies. Outre, la formation professionnelle, les filles reçoivent des renforcements en compétences de vie courante et l’éducation complètes à la sexualité. La prise en compte de l’éducation complète à la sexualité est fondamentale dans le contexte de la RDC où la majorité des filles n’ont pas le minimum d’information sur leur sexualité alors qu’elles sont sexuellement actives.  Ruth Kalenga parlant de la formation qu’elle a reçue dira : ‘’Nous avons appris à compter le cycle menstruel alors que je ne connaissais rien de tout cela ». Enfin l’initiative facilite l’accès aux services de santé adaptés aux besoins des adolescents et filles ce qui a permis à Ruth de faire un choix éclairé de méthode contraceptive et de bénéficier gratuitement de service de santé sexuelle et reproductive.


Ruth Kalenga en consultation dans un centre de santé renforcé par Kitumaini

Avec Kitumaini, l’espoir est permis pour des millions d’adolescentes et jeunes filles de la RDC comme Ruth Kalenga. Il est par conséquent nécessaire de poursuivre le développement de cette initiative qui est indispensable à l’autonomisation de la jeune fille, son épanouissement et sa contribution au développement socio-économique du pays. Les enseignants, les agents de santé sont engagés auprès du Gouvernement pour la réussite de Kitumaini, c’est dans ce sens que le Médecin chef de zone de santé de N’Sele dira lors d’une rencontre :

Pour moi, Kitumaini, c’est une référence ; nous voulons aussi faire la différence avec Kitumaini ».

Vivement que Kitumaini se poursuivent, s’étende pour donner de l’espoir à des millions de jeunes filles comme Ruth Kalenga.