Déclaration

Les sages-femmes, protectrices des droits fondamentaux

3 mai 2019

Déclaration de Natalia Kanem, Directrice exécutive de l’UNFPA, à l’occasion de la Journée internationale de la sage-femme, célébrée le 5 mai 2019

 

Véritables héroïnes de la santé publique, les sages-femmes garantissent le respect de certains des droits les plus élémentaires en permettant aux femmes de mener à bien leur grossesse et leur accouchement ainsi qu’en prodiguant des soins essentiels aux nouveau-nés.

 

Formant un pont entre les communautés et les établissements de santé traditionnels, les sages-femmes fournissent des services de santé qui jouent un rôle crucial dans la réduction de la mortalité maternelle et des risques liés à l’accouchement dans les zones reculées et mal desservies, ainsi que dans le cadre de crises humanitaires. Les sages-femmes sauvent des vies, mais elles donnent également aux femmes et aux couples les moyens de prendre des décisions éclairées et bénéfiques à leur santé.

La formation de sages-femmes et la facilitation de leur travail constituent une façon ingénieuse, économique et durable de parvenir à mettre en place un accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive, objectif clé du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

 

Nous célébrons cette année le 25e anniversaire de la Conférence internationale sur la population et le développement ainsi que de son incontournable Programme d’action. À cette occasion, nous nous remémorons le changement de paradigme qu’elle a entraîné, favorisant la transition d’approches nationales axées sur l’économie vers des services de planification familiale centrés sur la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation.

 

L’UNFPA encourage activement les activités de formation et de soutien dans le domaine obstétrique, plaide pour l’instauration de politiques plus solides concernant le travail des sages-femmes et promeut leur intégration dans les systèmes de santé officiels.

 

Dans plus de 120 pays, nous contribuons à la mise en œuvre de formations en obstétrique conformes aux normes internationales, au renforcement des écoles de sages-femmes et à la consolidation des capacités des professeurs en obstétrique. Parallèlement, nous collaborons avec des associations médicales et de sages-femmes afin de créer un environnement où celles-ci travaillent en complément des systèmes de santé officiels et sont considérées par les mères et les professionnels de la santé comme des actrices fondamentales de la santé maternelle.

 

Dans le cadre de programmes soutenus par l’UNFPA, plus de 115 000 sages-femmes formées et intégrées aux systèmes de santé ont été déployées sur le terrain.

 

L’UNFPA, l’Organisation mondiale de la Santé, l’UNICEF et la Confédération internationale des Sages-Femmes lanceront bientôt un nouveau rapport sur le renforcement des formations en obstétrique de qualité en vue d’une couverture sanitaire universelle d’ici à 2030. Ce rapport contient des données probantes indiquant qu’investir dans des activités de formation, de soutien et d’intégration permet aux sages-femmes d’assurer au mieux la bonne santé des femmes et de leurs nouveau-nés.

 

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée internationale de la sage-femme, je demande à l’ensemble des gouvernements, de nos partenaires et des citoyens de soutenir les sages-femmes aux côtés de l’UNFPA. Démontrons notre profonde reconnaissance pour les efforts qu’elles accomplissent inlassablement en les aidant à garantir le respect des droits et des choix de la population en matière de procréation ainsi que la santé et le bien-être des femmes et des nouveau-nés partout dans le monde. Les sages-femmes sauvent des vies !