Vous êtes ici

Journée Internationale de la Sage-femme à Kinshasa, les acteurs déterminés à valoriser la profession de Sage-femme

Les Sages-femmes congolaises jouent un rôle très important dans la réduction de la mortalité maternelle et néonatale.  Elles sont dans les maternités et dans les communautés pour aider les femmes à donner la vie tout en restant en vie. Pour montrer l’importance de cette profession et encourager les sages-femmes dans cette tâche noble, le ministère de la santé publique, hygiène et prévention en partenariat avec la Société Congolaise de la pratique Sage-femme avec l’appui de l’UNFPA, UNICEF, Ipas, PBM Asbl a organisé une cérémonie commémorative de la journée internationale de la Sage-femme.  

« Les chiffres parlent d’eux-mêmes : investissez dans les sages-femmes » est le thème mondial de la célébration de la Journée internationale de la sage-femme en 2021. En République Démocratique du Congo (RDC), la Société Congolaise de la pratique Sage-femme (SCOSAF) avec l’appui technique et financier de UNFPA et d’autres partenaires ont célébré cette journée sous le Slogan : « Règlementer la profession sage-femme, c’est le meilleur investissement pour garantir les droits à la santé sexuelle et reproductive de filles et de femmes de la RDC ».

Cette année, la célébration de la Journée de la sage-femme a été marquée par deux grandes activités à savoir :

  • Plaidoyer en faveur de la réglementation de la profession sage-femme, et la sensibilisation de masse sur les droits à la santé sexuelle et reproductive de la femme et fille en RDC ;
  • Offre gratuite des services intégrés de planification familiale à Kinkole, Camp Lufungula et Malueka.

Selon l’EDS 2014, la RDC affiche des taux élevés de mortalité maternelle et néonatale soit 846 décès maternel pour 100.000 naissances vivantes. Pour le Président de la SCOSAF Ambrocckha Kabeya wa Nshimba, ces données justifient d’avantage l’importance de la promotion de la profession sage-femme qui a été identifié par l’assemblée mondiale (2006) comme ressource humaine clé pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatale.

Les pays qui ont investi dans la pratique de sages-femmes ont vu leur taux de mortalité maternelle et infantile baissé sensiblement. Cet investissement consiste en la formation des sages-femmes, en la règlementation de la profession et à un soutien de l’association des sages-femmes ».

 

Dr Achu Lordfred, Conseiller technique pour la Santé maternelle, néonatale et adolescente à l’UNFPA, a précisé qu’en RDC, l’UNFPA est engagé dans un partenariat durable et fructueux avec les sages-femmes et le gouvernement pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle. Ce partenariat porte sur l’appui à travers trois (3) axes qui sont la formation des sages-femmes, le renforcement des capacités de l’Association des sages-femmes et la réglementation de cette profession.


Dr Achu Lordfred, Conseiller technique pour la Santé maternelle, néonatale et adolescente à UNFPA RDC

Le Ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, Dr Jean-Jacques Mbungani s’est engagé à mettre en place des stratégies qui permettront l'utilisation rationnelle des sages-femmes à travers la RDC. 

Je ne ménagerai aucun effort pour engager les stratégies idoines qui permettront l'utilisation rationnelle des sages-femmes à travers l'étendue de notre pays. C'est ainsi qu'une cartographie des sages-femmes à travers le pays et leurs affectations dans les maternités et centres de santé seront envisagées dans un bref délai avec le concours de mes services".

 


Ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention, Dr Jean-Jacques Mbungani

Martine Ndikita Namesi, sage-femme à l'hôpital général de Référence de Matete est fière de son travail.

Les femmes sont très vulnérables pendant ce moment. C'est l'un des moments où la femme se situe entre la vie et la mort. À chaque fois qu'une femme et son enfant s'en sortent en vie et en bonne santé, je suis très heureuse, je réalise que j'ai accompli ma mission". 

 

La célébration de la JISF de cette année a été une occasion pour une soixantaine de femmes et jeunes filles d’intégrer la profession de sage-femme à Kinshasa. Elles ont prêté le serment d’hypocrate devant le Ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention ainsi que les invités.


Prestation de serment par des Sages-femmes

La réduction des décès maternels et néonatals passe par la valorisation de la profession des sages-femmes et leur présence effective dans les maternités. Au cours de la commémoration, tous les acteurs étaient d’accord pour une règlementation de cette profession en RDC. Cela doit être urgemment traduite en réalité afin de réduire rapidement les décès maternels.

 

Philomène Matondo