Actualités

En 2019, UNFPA souhaite donner la chance à 1500 femmes souffrant de la fistule obstétricale à accéder à la chirurgie réparatrice

24 Juin 2019

Pour redonner espoir et dignité aux femmes touchées par la fistule obstétricale en RDC, la mobilisation était totale. Première Dame de la République Démocratique du Congo, autorités politiques, Ambassadeurs, chefs d’Agence du Système des Nations Unies, chefs d’entreprises publics et privés, membres des ONG…, tous ont répondu présent à l’appel de UNFPA qui a organisé le samedi 15 Juin 2019, la deuxième édition de la soirée de gala et de levée de fonds en faveur des femmes souffrant de fistule obstétricale.

Ensemble, ils se sont mobilisés pour soulager la souffrance et la honte des femmes souffrant de la fistule obstétricale. En RDC, 5 000 à 7 000 cas de fistule obstétricale surviennent chaque année. La fistule obstétricale est causée par l'accouchement difficile parfois plusieurs jours. La pression exercée par l'enfant durant de longues heures entraîne une détérioration des tissus, qui crée une communication anormale (fistule) entre les voies génitales et le rectum. Conséquence, la femme est soumise à une incontinence chronique et deviennent des bannies de la société.

Au Pullman Hôtel ce 15 Juin, l’ambiance était de fête. L’épouse du Chef de l’Etat en tête, des ministres et députés, des diplomates, les représentants d'organisations des Nations unies, d'entreprises publiques et privées, ont tous mis la main à la poche. Mêmes les médecins qui opèrent ces femmes apporteront aussi leur contribution à cette action de solidarité en réduisant généralement le coût des interventions.

Pour cette deuxième édition, Mme Denise Nyakeru Tshisekedi, s’est personnellement impliquée. La fondation qui porte son nom a pris en charge l’opération des 100 femmes souffrant de la fistule obstétricale à travers la RDC.

Les fonds mobilisés permettront à UNFPA et au Ministère de la santé, non seulement d'assurer la prise en charge médicale des femmes souffrant de cette incontinence chronique, mais également d'apporter les plateaux techniques de qualité dans les hôpitaux où les cas de fistule obstétricale seront opérés et de former des médecins capables de réparer les cas de fistules obstétricales simples. Pour 2019, UNFPA souhaite donner la chance à plus de 1500 femmes souffrant de la fistule. Au total, 12 provinces de la RDC seront concernées par les campagnes de réparation à savoir Kinshasa, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri, Nord Ubangi, Sud Ubangi, Tshopo, Kasaï, Kasaï Central, Maniema, Haut Uélé et Lualaba.  Dans sa vision de ne laisser personne derrière, UNFPA, tient à amener progressivement les services dans toutes les vingt-six provinces du pays.

Lors de la première édition organisée en 2018, UNFPA avait mobilisé des ressources localement pour une chirurgie réparatrice de plus de 900 cas de fistule.