Vous êtes ici

La Sage-femme humanitaire de la zone de santé de Kamonia dans la province de Kasaï parle de son travail

Ancienne étudiante de l’ISTM Tshikapa, Florence TUDIAKUILE MUKENDI qui a 18 ans d’ancienneté dans la pratique de sage-femme et de réanimation néonatale ne tarit pas d’éloges sur l’initiative humanitaire de l’UNFPA et les avantages de la mise en œuvre du projet CERF UF. En 2019, après avoir suivi une formation SURGE organisée par l’UNFPA en collaboration avec l’OMS, le Ministère de la Santé, la Société Congolaise de la Pratique de la Sage-Femme (SCOSAF) et la Monusco, elle fut déployée à l’Hôpital Général de Référence (HGR) de Tshikapa. Cette année, elle est déployée à Kamonia, 180 kilomètres plus loin en vue de porter assistance aux populations congolaises refoulées d’Angola. Elle nous révèle ici avec enthousiasme, les innovations apportées par l’initiative à sa pratique quotidienne.

En quoi a consisté votre travail dans le cadre du projet CERF ?

Notre travail consiste à :

    • Superviser la mise en œuvre des activités du projet au sein des structures ciblées dans la zone de santé (maternités)
    • Renforcer les capacités du personnel travaillant dans les maternités  
    • Participer à la mise en œuvre de l’offre complète de service de la santé de la reproduction, maternelle, néonatale et adolescente
    • Appuyer l’utilisation systématique des outils des suivis de la grossesse- de l’accouchement, du post partum (partogramme…)
    • Assurer le suivi de l’approvisionnement de produit/médicament et matériel de la santé de reproduction, maternelle, néonatale et adolescente
    • Appuyer les activités de la communication pour le changement de comportement  au sein et en dehors de la formation sanitaire avec emphase entres autres sur la planification familiale, les signes de danger pendant la grossesse, l’importance de la consultation prénatale et de l’accouchement dans une formation sanitaire, les méfaits des pratiques néfastes comme le mariage et grossesses précoces, les violences basées sur le genre
    • Assurer la collecte, l’analyse et le traitement des données des activités menées
    • Assurer la liaison et le partage de l’information avec les ONG médicales, le système des Nations Unies- l’UNHCR, l’OMS ainsi que les autres agents du cluster santé (Groupe de travail SR) et du cluster protection (sous cluster VBG)

Florence TUDIAKUILE MUKENDI sensibilise sur la planification familiale

Que pensez-vous avoir apporté comme innovations ? (manière de travailler ? nature des soins ?)

Depuis que nous sommes déployées, nous nous sommes impliquées dans les services de maternité en renforçant les capacités de tous les prestataires travaillant à la maternité sur la qualité des consultations prénatales (CPN). Nous avons introduit dans leur pratique, l’élaboration d’un plan d’accouchement à partir de la 4eme CPN. Nous les avons formés sur une meilleure utilisation des outils de suivis des grossesses, du partogramme et de l’accouchement. Aussi nous avons redynamisé les systèmes de sensibilisation par les relais communautaires sur l’existence de service, les signes de danger pendant la grossesse et surtout la gratuité durant toute cette période. Et nous avons initié des soins avancés à travers les cliniques mobiles pour rapprocher l’offre des services complets de la communauté et aux plus vulnérables.

Selon vous, quelle est l'utilité de cette action et les nouveautés apportées par la mise en œuvre du CERF ?

Grâce au CERF, les soins maternels et néonatals ainsi que l’offre des services de PF et la prévention et prise en charge des VBG sont accessibles à tous et gratuits durant toute la période du projet. Nous avons renforcé les capacités de tous les prestataires des maternités appuyées par le projet en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR). A présent, ils pratiquent tous la CPN recentrée et savent manipuler la seringue d’aspiration manuelle pour la prise en charge des complications d’avortement.

En tant que sage-femme, comment appréciez-vous votre intervention auprès de la population ?

Nous avons rapproché les services de la Santé Sexuelle et Reproductive et l’identification et de prise en charge en cas du viol auprès de la population à travers nos cliniques mobiles avec offre gratuite des services de planification familiale (PF) et par les groupes de parole, la prévention des infections sexuellement transmissibles (PEC d’IST) selon l’approche syndromique. La population a aussi compris les bienfaits de la PF, l’importance de la CPN recentrée, l’importance de référer tout cas de violence sexuel dans les 72 h pour la prise en charge médicale enfin de prévenir la grossesse non désirée, les IST/SIDA, puis la distribution aux vulnérables les kits de dignité et kits d’accouchement hygiénique.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières pour faire correctement votre travail ?

Pour l’instant, aucune.

Combien d’années d’expérience avez-vous dans le métier de sage-femme ?

18 ans d’expérience  

Comment appréciez-vous d’une part l’attitude de vos paires sages-femmes vis-à-vis de votre travail et d’autre part celle des médecins dans les formations sanitaires qui bénéficient de vos prestations ?

Ils sont contents du travail que nous faisons. Les formations des Sages-Femmes en Soins Obstétricaux et néonatals d’Urgence (SONU) et la disponibilisation des kits d'accouchements, la seringue d’aspiration manuelle, ont permis à nos paires de commencer à pratiquer la suture des lésions de partie molle et prennent en charge les complications d’avortements, même si certains médecins pensent encore qu’il s’agit des actes médicaux que la sage-femme ne devrait pas appliquer.

Si l’occasion se présentait, seriez-vous prêt(e) à servir encore comme sage-femme humanitaire ?

C’est grâce au CERF que je suis devenue aujourd’hui Sage-femme Humanitaire et je n’hésiterais pas à la prochaine occasion.